14-15-16/20, 2019, romance, Tillie Cole

Love Crescendo – Tillie Cole

  • Titre: Love Crescendo
  • Auteur: Tillie Cole
  • Date de publication: 2019
  • Traduit de l’anglais par Charlotte Faraday
  • Pages: 352
  • Genre: Romance
  • Maison d’édition: Hachette

Lorsque Cromwell, 19 ans, est derrière ses platines, les corps se pressent, la fièvre monte. Personne ne lui résiste. Jusqu’à la fille dans la robe violette. Ce soir-là, Bonnie est venue voir l’ex prodige du classique qui lui a inspiré sa passion. Son verdict tombe, implacable : la musique de Cromwell n’a plus d’âme. Cromwell n’aurait pas dû se laisser atteindre. Pourtant, les paroles de Bonnie rallument en lui l’étincelle de quelque chose qu’il croit mort depuis longtemps. Alors, quand le destin les force à travailler ensemble, leur attirance mutuelle les rapproche, leurs sentiments se font plus forts. Et, malgré les secrets qui pourraient leur briser le cœur, jour après jour, leur amour va crescendo…

Pour conclure cette courte #semainedelamour, j’ai décidé de garder pour la fin la romance lue au cours de ces derniers mois qui m’a le plus convaincue. Vous vous souvenez, je n’avais pas beaucoup accroché à Mille baisers pour un garçon et c’est donc avec une légère fébrilité que je me suis aventurée dans Love Crescendo, de la même autrice.

Déjà, commentaire assez futile, j’ai aimé la couverture de l’édition proposée par Hachette. Le ton des couleurs et la référence (d’ailleurs totalement trompeuse) sur la soirée en boîte ont réussi à me faire ouvrir le livre. Nous rencontrons les personnages lors d’un concert d’électro (où le jeune homme est le DJ et ne peut donc pas être sur la piste, comme nous l’indique la couverture). Ce livre tourne autour du monde de la musique et la musique sera en toile de fond de l’ensemble du récit sans être vraiment le sujet principal. Cromwell est un musicien hors pair qui est un synesthète c’est-à-dire qu’il associe les sons aux couleurs. Je dois reconnaître que Tillie Cole a très bien développé son idée du début à la fin de son roman en nous faisant partager le quotidien d’un individu possédant ce don très particulier.

La fille, c’est Bonnie, et elle va retrouver Cromwell lors de ses études universitaires. Bonnie a un frère jumeau qui suit également les cours. Le roman s’installe pendant la durée de cette année universitaire; soirées étudiantes, cours, disputes, secrets… Tout y est ! Les personnages vont être confrontés à quelques secrets de famille et autres malheurs qui vont, bien sûr, changer pour toujours le cours de leur existence…

Je suis loin d’avoir eu le coup de foudre pour ce livre mais j’ai tout de même passé un très bon moment de lecture. Il s’agit, sans l’ombre d’un doute, d’une romance que je pourrais recommander à celui ou celle qui me le demanderait. Love Crescendo est bien meilleur que Mille baisers… même si l’autrice n’a pas pu s’empêcher d’avoir recours à son tour de magie miracle d’écrivaine, à savoir la petite maladie qui sort de derrière les fagots… Dans celui-ci, cela reste un peu mieux maîtrisé, il me semble.

La fin du roman est totalement invraisemblable mais à l’échelle de l’ensemble du roman, cela ne me dérange pas trop. Je verrai bien une adaptation visuelle à ce roman… Peut-être ces prochaines années.

16/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s