14-15-16/20, Années 2010, contemporain, Larry Tremblay

L’Orangeraie – Larry Tremblay

  • Titre: L’Orangeraie
  • Auteur: Larry Tremblay
  • Date de publication: 2015
  • Langue française
  • Pages: 196
  • Genre: Contemporaine
  • Maison d’édition: Éditions de La Table ronde

«Quand Amed pleure, Aziz pleure aussi. Quand Aziz rit, Amed rit aussi.»
Ces frères jumeaux auraient pu vivre paisiblement à l’ombre des orangers. Mais un obus traverse le ciel, tuant leurs grands-parents. La guerre s’empare de leur enfance et sépare leurs destins. Amed, à moins que ce ne soit Aziz, devra consentir au plus grand des sacrifices.

Ce petit livre de moins de 200 pages a l’avantage de se lire en une seule petite soirée. Toutefois, les thèmes soulevés sont loins d’être légers et les effets procurés par cette lecture risquent bien de durer plusieurs jours.

Ce livre raconte l’histoire de deux jumeaux de 9 ans qui vivent dans un pays en guerre, peut-être l’Afghanistan, mais nous n’en savons rien car l’auteur a fait le choix délibéré de ne placer ni lieu ni date ni élément concret dans son histoire. Il s’agit, il me semble, de donner une portée universelle à son discours, manoeuvre qui est plutôt bien réussie.

Ces jumeaux vivent une enfance heureuse dans le respect de leurs traditions culturelles et entourés par leur famille. Un événement va interrompre cette période béate et, sans perdre tout à faire leur naïveté, ils vont être confrontés à l’ignominie dont peut faire preuve certains esprits dogmatiques. Le lecteur ne peut rester insensible à ce qui se joue sous nos yeux. L’auteur dénonce ainsi la folie des hommes sans pour autant porter de jugement et c’est ce que j’ai beaucoup apprécié.

Abordant des thèmes poignants tels que celui des liens fraternels et de la place religieuse et politique des martyrs en temps de guerre, l’auteur vise juste en se plaçant à la hauteur de deux enfants, ce qui donne un effet percutant, par contraste, à son récit. La dernière partie du roman est cependant moins intéressante et il me reste en tête l’impression que l’auteur avait dans ses mains un bijou et que l’histoire, pour finir, n’est pas à la hauteur des messages exprimés. Ce livre a reçu, il me semble, un prix élu par des collégiens. Je pense qu’en effet, ce récit bref et sans détails inutiles, pourrait être le socle d’une très intéressante séquence de lettres.

15/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s