14-15-16/20, 2020, Maud Mayeras, Roman noir, thriller

Les Monstres – Maud Mayeras

  • Titre: Les Monstres
  • Auteur: Maud Mayeras
  • Date de publication: 2020
  • Langue française
  • Pages: 298
  • Genre: Thriller, roman noir
  • Maison d’édition: Anne Carrière

Ils vivent dans un « terrier ». Les enfants, la mère. Protégés de la lumière extérieure qu’ils redoutent. Sales et affamés, ils survivent grâce à l’amour qui les réchauffe et surtout grâce à Aleph, l’immense, le père, qui les ravitaille, les éduque et les prépare patiemment au jour où ils pourront sortir. Parce que, dehors, il y a des humains. Parce qu’eux sont des monstres et que, tant qu’ils ne seront pas assez forts pour les affronter, ils n’ont aucune chance. Mais un jour Aleph ne revient pas, un jour les humains prédateurs viennent cogner à leur porte. Alors, prêts ou pas, il va falloir faire front, sortir, survivre. Pendant ce temps, dans une chambre d’hôpital, un homme reprend conscience. Une catastrophe naturelle sème la panique dans la région. La police, tous les secours, sont sur les dents. Dans ce chaos, l’homme ne connaît qu’une urgence : regagner au plus vite la maison où on l’attend.

Maud Mayeras est une autrice française qui a fait des romans noirs son domaine de prédilection. Elle a une très bonne réputation dans ce petit milieu et ses romans sont toujours très attendus car elle écrit un livre tous les trois ans environ. J’avais beaucoup aimé Reflex et également Lux. À chaque fois, il ne s’agit pas de gros coups de coeur mais souvent ses histoires me restent très longtemps en tête. C’est donc avec beaucoup de plaisir que je me suis plongée dans Les Monstres. D’abord, je vous invite à lire le résumé du livre ci-dessus. Si celui-ci vous parait déjà trop spoilant n’hésitez pas à arrêter la lecture de cet article qui risquerait de vous gâcher quelques surprises.

Ce roman noir cherche à montrer la part la plus sombre de l’être humain, comme à chaque fois chez Maud Mayeras. Le lecteur suit cette petite famille séquestrée dans ce qu’ils appellent eux-mêmes le « terrier ». Élevés et éduqués comme des animaux sauvages, le champ lexical s’adapte et nous suivons alors le quotidien de « la meute » composée d’une jeune femme, de son fils et de sa fille, tous deux âgés d’une dizaine d’années. Le loup, c’est le père, Aleph, qui vient de temps en temps apporter de quoi survivre. Sauf qu’un jour, il ne vient plus. Et la meute doit survivre hors du terrier. Je ne m’attendais pas à ce que les personnages sortent si rapidement de leur « terrier ». En fait, il ne s’agit pas vraiment d’un huis-clos comme j’avais pu l’espérer de prime abord.

Les chapitres sont courts et donnent un rythme rapide à la lecture. Lecture elle-même entrecoupée par des chapitres qui sont des contes pour enfants. Ces contes viennent rappeler le côté innocent et naïf de l’enfance et tranchent avec le reste du récit qui est parsemé de révélations glauques qui ne tombent toutefois pas dans la surenchère (mais âme sensible s’abstenir quand même !).

Je n’ai toutefois pas eu un coup de coeur pour ce livre. Je trouve que les révélations viennent un peu trop rapidement et à plusieurs reprises j’espérais autre chose que ce que j’avais à lire sous les yeux. Certaines réactions des personnages me semblent étranges, notamment la manière dont la mère se livre aussi facilement à la police et je suis un peu déçue de ne pas être entrée plus précisément dans la psychologique du père, qui est le monstre originel mais dont on ne saura rien ou presque de ses aspirations. Quant aux enfants, élevés en monstres, ils sont ce à quoi ils ont été programmés, et je trouve quand même l’ensemble assez glaçant. Un bon contraceptif ! 🙂

14/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s